Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire

  • Messes et manifestations en hommage à Louis XVI

    SAMEDI 16 JANVIER

    Fontaine-lès-Dijon : 11h00, Basilique Saint Bernard

     

    DIMANCHE 17 JANVIER

    Calais : 8h45, Chapelle Sainte Victoire d'Hames Boucres, rue de Ham (entre Calais et Guines)

     

    JEUDI 21 JANVIER

    Paris :

    - 10 heures, place de la Concorde, au pied de la statue de Rouen (côté Hôtel Crillon et Ambassade des Etats-Unis). Dépôt de gerbe.

    - 12h, Saint Germain l'Auxerrois (1er arrdt), paroisse des Rois de France, Messe célébrée à la demande de l’Oeillet Blanc pour le repos de l’âme du roi Louis XVI, en présence du Chef de la Maison de France, Monseigneur le comte de Paris.

    - 18h30, Saint-Nicolas-du-Chardonnet (5ème).

     

    Béziers : 18h, Chapelle des Pénitents, rue du 4 septembre.

     

    Saint Denis : 12h, Basilique de Saint-Denis, 1 rue de la Légion d'honneur.

     

    Marseille :

       - 19h, Basilique du Sacré-Coeur, 81 avenue du Prado. La Messe, dite à la demande de la Fédération Royaliste Provençale et Action Française Provence, ainsi que du Souvenir Bourbonien, sera célébrée par Mgr. Jean-Pierre Ellul. Homélie donnée par le père Sciortino-Bayart. Soirée-conférence à 20h30 suivie d'un cocktail-dînatoire. (Cliquez sur le lien).   

       - 18h30, Eglise Saint Pie X, 44 rue Tapis Vert (1er arrdt), Messe chantée, suivie de l'absoute.

     

    Bordeaux :

       - 19h, Eglise Saint-Bruno, 75 rue Courpon.

       - 18h30 : Eglise Saint-Eloi, rue Saint-James.

     

    Toulouse :

       - 18h15, Eglise Saint Jérôme, 2 Rue du Lieutenant Colonel Pélissier.

       - 18h15, Chapelle du Férétra, Place saint-Roch (Rue du Férétra; Rocade, sortie 24 : Empalot).

     

    Toulon :

       - 18h30, Eglise Saint-François de Paule, Place Louis Blanc.

       - 18H 30: Eglise Sainte Philomene, 125 bd Grignan (quartier du Mourillon).

     

    Grenoble : 18h, Collégiale St André de Grenoble, place St André.

     

    Lyon : 19h, Paroisse de l’Immaculée Conception, 94, avenue de Saxe – Lyon 3 (entrée rue Pierre Corneille).

     

    Versailles : 19h, Chapelle Notre Dame des Armées. 4 impasse des gendarmes.

     

    Aix : 10h30, Chapelle Notre-Dame de l’Immaculée Conception, boulevard Gambetta.

     

    Avignon : 18h30, Chapelle des Pénitents Gris, rue des Teinturiers.

     

    Nice : 18h30, Oratoire Saint Joseph, 18 rue Catherine Ségurane.

     

    Lille : 19h, Chapelle Notre-Dame de la Treille, 26 rue d'Angleterre.

     

    Reims : 8h, Cathédrale Notre-Dame (Oratoire).

     

    Woippy (Moselle) : 18h30, Chapelle des Ladonchamps.

     

    Bayonne : 18h30, Cathédrale de Bayonne, Messe célébrée par Mgr Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron.

     

    Perpignan : 18h30, Chapelle du Christ-Roi, 113, avenue du maréchal Joffre.

     

    Epinal : 18h30, Eglise Saint-Antoine, rue Armand Colle.

     

    Quimper : 18h45, Cathédrale Saint-Corentin.

     

    Beaune : 9h00, Chapelle de l’Adoration de la collégiale Notre-Dame, Impasse Notre Dame.

     

    Chemille : 10h30, Chapelle Saint-Joseph, 14 rue du Presbytère.

     

    Tourcoing : 20h, Eglise Saint-Christophe, 11 rue de Tournai.

     

    Vichy : 19h, Chapelle du Sacré-Coeur de l'école Jeanne-d'Arc de Vichy, 12 rue du Maréchal-Joffre.

     

    Mulhouse : 19h30, Eglise Saint-Etienne.

     

    Clarques (Pas-de-Calais) : 10h30, Chapelle du château de Clarques.

     

    Sees (Orne) : 18h00, La Chapelle de la Croix des Vents.

     

    Les Sables d'Olonnes : 18h30, Chapelle du Sacré-Coeur (place Jules Ferry).

     

    Orléans : 19H à Notre-Dame de la Recouvrance.

     

    Caumont-sur-Durance (Vaucluse) : 9h, Eglise de Caumont.

     

    Camblain-l'Abbé (Pas-de-Calais) : 18h, Ecole St Jean Baptiste de la Salle.

     

    Coligny (Ain) : Eglise Saint Martin.

     

    Metz : 19h, Eglise de l'Immaculée-Conception de Metz Queuleu, 47 rue du Trois Evêchés.

     

    Tarbes : 18h30, Cathédrale Notre-Dame de la Sède, 5 place du Général de Gaulle.

     

    Nantes : 18h30, Eglise Saint-Clément, 4 Rue Lorette de la Refoulais. Dépôt de gerbe devant la Colonne Louis-XVI à 19h30... 

     

    Belgique

    Bruxelles : 19h, Eglise du Couvent Sainte-Anne, Avenue Léopold Wiener 27, 1170 Watermael-Boitsfort.

     

    Tournai : 11h, Cathédrale de Tournai.

     

    VENDREDI 22 JANVIER

    Angoulême : 18h30, Eglise de Roullet St Estèphe, Le bourg.

     

    SAMEDI 23 JANVIER

    Strasbourg : 16h30, Cathédrale Notre-Dame (dans la chapelle Saint-Laurent).

     

    Amiens : 11h30, Chapelle Saint-Vincent-de-Paul ((de l'ancien Grand Séminaire), 54 ter rue Jules Barni.

     

    Nîmes : 11h,  Chapelle Sainte Eugénie, 7 rue Sainte Eugénie.

     

    Le Planquay (Eure) : 11h, Eglise du Planquay.

     

    Louaille : 11h, en l'Eglise de Louaille (à 8,5 km de Sablé-sur-Sarthe, route de La Flèche-Tours). A 12h30, Déjeuner-débat, Salle polyvalente de Vion (à 3,5km de Louaille) avec Anne Bernet, journaliste, écrivain : "Culture de mort : remèdes et solutions". (Inscriptions : FRM - B.P. n°5 - 53340 BALLEE / Tel : 02 43 98 43 44 ou 06 25 75 26 90 - Adultes : 17 euros / Etudiants, chômeurs : 8 euros; chèque à l'ordre de "FRM").

     

    Lyon : 10h30, sanctuaire Saint-Bonaventure, 7 place des Cordeliers 69002 Lyon.

     

    Le Mans : Eglise Saint Benoît.

     

    Montreal d'Aude : 11h40, Fraternité Saint Pie X.

     

    Périgueux : 16h, Notre-Dame de Toutes Grâces 19, rue du 34e Régiment d’artillerie.

     

    Tarascon : 18h30, Collégiale Royale Sainte Marthe, Place de la Concorde.

     

    DIMANCHE 24 JANVIER

    Paris : 10h30, Chapelle expiatoire, 22 rue Pasquier (8ème arrdt).

     

    Abbatiale de La Roë (Mayenne) : 9h15.

     

    Brignoles : 17h30, Basilique Saine Marie-Madeleine, Place de la Concorde.

     

    SAMEDI 30 JANVIER

    Souvigny (Bourbonnais) : 10h30, Eglise prieurale Saint-Pierre Saint-Paul, Place Aristide Briand .

     

    DIMANCHE 31 JANVIER

    Nancy : 10h30, Eglise Marie-Immaculée, 32 avenue du général Leclerc. La Fête des Rois de l'Union des Sections Royalistes Lorraines (USRL) suivra à partir de 12h30. (Le programme sera annoncé par ailleurs).

     

    Concerts - Messe de Requiem (payants)

    Versailles, les 21 et 22 janvier, à 20 h, Chapelle Royale du Château (à partir de 30 euros : inscriptions/réservations)

    Tourcoing, le 21 janvier, à 20h, Eglise Saint-Christophe, 11 rue de Tournai (23 ou 25 euros : inscriptions/réservations

  • Le fichage, une tradition républicaine

     On peut lire dans Minute :

     C’est merveilleux, on n’entend plus parler, de l’extrême gauche au Front national (ou plutôt au Rassemblement Bleu Marine), que de République. Seul est mis au ban du merveilleux régime le sulfureux Robert Ménard. François Hollande a assuré́, depuis… Riyad, que « le fichage d’élèves » est « contraire à toutes les valeurs de la République ». Contrairement à la vente d’armes à des monarchies pétrolières régies par la charia et où la femme adultère est mise à mort par lapidation… Il semble cependant que notre bon président ait quelques trous de mémoire. Car les très riches heures de la République française se sont illustrées, au tout début du XXe siècle, d’une affaire de fiches assez retentissante, dans laquelle les « grands ancêtres » de la laïque baignaient jusqu’au cou.

     Le fichage sous-traité aux loges.

     Ce fichage là ne concernait pas les élèves musulmans de la ville de Béziers… mais l’ensemble des officiers catholiques sur la totalité́ du territoire français. Il avait été́ mis en œuvre par le général Louis André́, nommé ministre de la Guerre en mai 1900 par le président du Conseil, le « républicain modéré́ » Pierre Waldeck-Rousseau, et maintenu dans ses fonctions par Emile Combes, qui succéda à Waldeck-Rousseau en 1902. Républicain, libre-penseur et anticlérical, André́ entreprend, dès 1901, de ficher les officiers en fonction de leurs orientations politiques et religieuses, avec l’aide du Grand Orient de France, la principale obédience maçonnique française.

     « Dès 1894, écrit Jean Sévilla, l’organisation maçonnique avait créé́ un secrétariat chargé de collecter des renseignements sur les militaires qui étaient candidats à l’initiation. C’est ce secrétariat qui, étendant son champ d’action, se met secrètement à la disposition du ministre. Dans chaque ville de garnison, les loges sont chargées de récolter des indications sur les officiers. A Paris, le secrétaire du Grand Orient, Vadecart, centralise les fiches avant de les transmettre au capitaine Mollin, au ministère de la Guerre. »

     Les fiches contiennent des observations telles que : « Va à la messe », « Avale son hostie tous les dimanches », « Ne manque pas la confession », « Reçoit la Croix chez lui », « a reçu la bénédiction du pape à son mariage par télégramme », « Fait élever ses enfants chez les Frères », « Appartient à une famille de prêtres », « Sa femme s’occupe beaucoup d’œuvres pieuses », ou encore : « Rallié à la République, n’en porte pas moins un nom à particule » ! Les bons éléments sont eux aussi signalés : « Bon républicain, ne met jamais les pieds dans une église », « Libre penseur convaincu, à recommander au ministre. »

     Au terme de cette entreprise de délation, 20 000 officiers français, sur 27 000, sont ainsi catalogués, écrit Jean Sévilla. Les fiches sont classées dans deux dossiers, l’un intitulé Carthage, en référence à la devise de Caton l’ancien : « Carthago delenda est » (Carthage doit être détruite) ; l’autre Corinthe par allusion au proverbe latin « Non licet omnibus adire Corinthum » (Il n’est pas permis à tout le monde d’aller à Corinthe). Les mauvais sujets sont regroupés dans le premier, sorte d’enfer républicain ; les bons dans le second, paradis qui ouvre les portes de l’avancement. Chaque fiche précise la suite à donner à la carrière de l’intéressé́ : à promouvoir ou à barrer.

     (…) François Hollande paraît donc mal avisé de prétendre aujourd’hui que le fichage est contraire aux valeurs de la République… au moment même où son premier ministre Manuel Valls, prompt à dénoncer la vilenie supposée de Robert Ménard, s’emploie lui-même à faire voter une loi qui permettra d’espionner l’ensemble de la population française !

  • Jean Sévillia : le 9 Octobre à Nice

    Cercle de Nice :  Contact : nice.royaliste@gmail.com 

    mardi 9 octobre à 16h00 au Centre Universtaire Méditéranéen : conférence de Jean Sevilla autour de son livre Historiquement incorrect. 

    sevillia historiquement incorrect.jpg

    En France, plus que jamais, le passé s’invite dans le débat d’idées, mais sur le mode polémique. 
    Qu’il s’agisse de définir l’identité nationale ou de s’interroger sur la place de la religion dans la société, que la controverse porte sur l’héritage de l’Occupation ou sur les séquelles de la décolonisation, qu’il soit question de la réforme des programmes d’histoire à l’école ou de la création d’une Maison de l’histoire de France, tout est matière à dispute. Mais la discussion est biaisée au départ, car les préjugés idéologiques, les tabous du moment et les intérêts partisans interfèrent dans le débat. 
    En dix chapitres, en voici autant de grands exemples. Quelle a été vraiment la part des Arabes dans la transmission du savoir antique au Moyen Age ? L’Eglise a-t-elle fait obstacle à la science ? A qui a profité la colonisation ? La Première et la Deuxième Guerre mondiale ont-elles été menées au nom des droits de l’homme ? Quel rôle l’immigration a-t-elle joué dans la construction de la France ? Quelle est la place de l’islam dans notre histoire nationale ? 
    Avec la même liberté de ton et la sûreté d’information qui avaient contribué à l’exceptionnel succès éditorial d’Historiquement correct, Jean Sévillia sort des chemins balisés par le politiquement correct.